Gérer le trac

 

Toutes les professions s'exerçant face un public (acteurs, musiciens, professeurs...) sont sujettes au trac. Après avoir animé diverses conférences sur le sujet, je vous propose ci-dessous mes principaux conseils pour le gérer :

 

 

Une réaction automatique d'alerte

Le trac est une réaction normale et automatique du corps face à l'inconnu ou au danger (qu'il soit réel ou supposé). La décharge instantanée d'adrénaline a un triple effet :

Réaction nerveuse

L'énergie se concentre sur les organes principaux : il s'en suit - entre autres - une accélération cardiaque et une transpiration plus abondante

Réaction respiratoire

La contraction du diaphragme provoque une oppression respiratoire. La bouche devient plus sèche.

Réaction sanguine

L'accélération sanguine provoque dans les muscles soit de la rigidité (pâleur, sensation de froid), soit une agitation désagréable (sensation de chaleur, réflexes exagérés...)

 

 

Trois tactiques efficaces

La préparation est plus qu'importante pour affronter un public. A ce propos, n'oubliez pas de consulter ma page sur Se préparer à un concert. En voici ci-dessous, un résumé :

Se préparer

Vous devez connaître parfaitement votre morceau. Une future prestation non maîtrisée en amont est plus qu'anxiogène, donc parfaitement organisée pour augmenter le trac

S'entraîner

S'entraîner à jouer en public avant (chez soi ou chez d'autres devant sa famille ou ses amis) permet de se mettre en condition et de préparer le cerveau à la prestation publique. Si vous avez l'occasion de répéter dans la salle (et dans la tenue du concert), c'est encore mieux !

Préparation mentale et respiration de yoga

Le jour de la prestation, la répétition mentale de la prestation, les pensées positives et le contrôle de la respiration vous aideront à faire descendre les désagréments liés au trac (lisez aussi la page sur Se préparer à un concert)

 

 

Quatre remèdes pour vous aider

Avoir un trac faible à modéré est tout à fait normal. Si les désagréments deviennent trop importants, je vous incite à essayer les remèdes suivants, dans l'ordre du plus simple au plus fort :

Tisanes relaxantes

Avez-vous essayé les tisanes à la camomille, à la passiflore ou au tilleul ?

Médecines douces

L'homéopathie, la relaxation et l'acupuncture marchent très bien chez certaines personnes. Alors, pourquoi pas chez vous ?

Médicaments (formule 1)

Si, malgré cela, vous ne voyez pas d'amélioration notable, n'hésitez pas à en parler à votre médecin. Il pourra vous proposer des bêta-bloquants, très efficaces contre les désagréments du trac. Si plus d'un tiers des professionnels de la scène en prennent (mais ne l'avoueront jamais) pour se sentir bien, c'est que le remède est plus qu'efficace

Médicaments (formule 2)

Si les remèdes précédents n'ont qu'une action limitée chez vous, votre médecin pourra vous prescrire des anxiolytiques. Pris ponctuellement, ils ne provoquent aucune accoutumance.

 

 

Les recettes et remèdes sont donc nombreux pour faire baisser significativement le trac. Ils ont sauvé des carrières et rendent la scène beaucoup moins anxiogène. N'hésitez pas à essayer petit à petit toutes les méthodes pour trouver celle qui vous convient le mieux !

 

Eric Kullock (2017)